BREME, HAMBOURG ET LES ENVIRONS

POURQUOI BREME ? :
La question se pose et d'ailleurs ...on me l'a pose. Il est acquis que l'Allemagne, hormis peut-être la branchée Berlin, n'a pas la côte au près des touristes français. Quelques profs de langues, des fêtards ...pas plus. Même pas un Lonely Planet en français sur la destination! On peut dire que c'est un peu mon année allemande.,Je ne pensais même pas à ce pays voisin il y a à peine 1 an et d'un coup plein de liens m'y ramènent. Un premier séjour fort agréable à Berlin à Toussaint, une jeune allemande dans mon club de volley avec qui j'ai sympathisé et qu'il faudra que je visite...et surtout la rencontre de Nina à Istanbul. Allemande vivant entre Brème et la Turquie elle m'a hébergé quelques jours au bord de la mer de Marmara, je l'ai reçue dans le sud de la France .C'est maintenant à mon tour de découvrir son pays, le nord de l'Allemagne pour mes vacances de printemps. L'occasion unique de visiter ces endroits qui n'apparaissent pas essentiels à première vue.

L'EQUIPE:
Un départ solitaire mais un voyage qui ne l'était pas. J'ai quasiment passé 24H/24H avec Nina.

PLAN DU VOYAGE

ITINERAIRE ET ORGANISATION

Je vais rester l'essentiel du séjour à Brème en rajoutant 3 jours à Hambourg, 1 jour à Cuxhaven pour voir la mer du Nord et un autre jour à Hanovre.

PERIODE :
Je suis parti entre la fin du mois d'avril et le début du mois de mai. Au niveau temps j'ai tout eu. Mais on peut dire que globalement je m'attendais à bien pire. Il y a quelques journées avec pull et grosse veste mais aussi d'autres en tee-shirt à acheter de la crème solaire!
Au niveau de la fréquentation des sites , on était souvent les seuls dans les musées...Une très bonne période donc.
Pour en savoir plus sur le climat , le site de Météo Consult.

NIVEAU :
Inutile de dire que c'est simple de s'organiser en Allemagne. Les gens en général parlent anglais. Tout est clair au niveau des aéroports, des bus , des trains. Ensuite il est certain que connaître une allemande m'a permis d'économiser du temps et de l'argent .Il y a plein de combines pour payer moins cher et ça on ne le trouve pas dans les guides.
Voir les conseils aux voyageurs du ministère des affaires étrangères pour plus de renseignements.

HEBERGEMENT ET BUDGET (2010) : L'ensemble du voyage m'est revenu à environ 570 euros ( en comptant 180 euros pour le vol et 390 euros sur place) . Sans l'aide de Nina j'aurais augmenté fortement ce budget. Les transports sont onéreux ainsi que l'hébergement .

QUELQUES LIENS UTILES
Pour préparer ce voyage j'ai utilisé :


BREME

JOUR 1: L'avant départ fut assez stressant. Quelques jours avant le jour J, un volcan islandais s'est réveillé, relâchant dans l'atmosphère européenne un immense nuage de cendres nocifs pour les réacteurs d'avions. Après quelques jours de panique dans le ciel , des milliers de français coincés au 4 coins du monde...je vais réussir à trouver un vol. Pas mal d'attente devant les infos, les sites de Lufthansa ou de l'aéroport de Toulouse, des appels durement gagnés au siège de la compagnie....je vais trouver au denier moment, alors que j'étais déjà décalé 2 jours après la date prévue...un vol via Munich pour Brème. Temps estival en France, je ne pense pas à la chaise longue (j'étais résigné mais finalement serein pour rester...) , rassemble mes affaires un peu en urgence et file sous un ciel magnifique, 27° , vers Toulouse. Je vais y tester le nouvel aérogare. C'est bien sûr très beau et très ...vide! Personne ou presque..Définitivement j'aime partir de cette ville. Nous serons une vingtaine dans l'avion! C'est donc sans aucun stress que je vais pour la nième fois survoler Albi, les Alpes pour me poser en terre germanique. L'aéroport de Munich mérite encore une fois un 20 sur 20. Grand , clean, très bien organisé...proposant café et cappuccino à l'oeil, accès internet....Je vais y penser quelques dizaines de minutes avant de prendre un vol pour Brème. A l'arrivée, rare plaisir, on m'attend à l'aéroport.

Surprise 20°C de moins qu'à Dausse! On patiente un peu devant l'arrêt du tram, transport en commun présent partout dans cette ville. Première impression...c'est désert et cela va se confirmer. Nous nous arrêtons dans le centre historique proche. De vieilles bâtisses ressemblant bien plus à Prague qu'à Bordeaux. La ville , pourtant détruite en grande partie pendant la guerre , conserve un centre classé à l'Unesco. Ce qui me frappe est le silence et l'absence de gens. 500 000 habitants et à 23h en plein centre il n'y a pas un chat. Atmosphère vraiment bizarre. La place du marché est très belle ainsi que les alentours. Nous reprenons un tram. Nina habite dans l'ouest de la ville, près de l'immense tour de la Télévision ( celle de Berlin...en plus petit!) , dans un quartier peu bobo. On croisera tout le séjour un bon nombre de personnes en marges avec chiens et bouteilles. Son appartement est dans une ancienne école. 5 petits apparts plutôt atypiques se partageant une salle commune. Bonne atmosphère . Repas vers minuit .Journée tranquille. Départ accéléré puis ….No stress.

Jour 2: Malgré le jour dans la pièce et mon loup je tiens jusqu'à presque midi au lit. Je laisse à Nina le soin d'organiser le programme. Après un gros brunch, nous commençons par rejoindre la bibliothèque centrale. Moderne et très fonctionnelle nous y prendrons quelques guides et un DVD sur la ville. Juste en face débute le quartier Schnoor avec ses vieilles maisons , ses ruelles et ses boutiques d'art. Touristique mais de bon goût. Je repère les endroits pour le dernier jour. Nous allons musarder un moment dans ces lieux agréables. Nina me convie à une visite guidée organisée par des acteurs en costumes d'époque. Dans une vieille maison sont reconstituées des scènes de l'histoire de la ville. Des acteurs nous guident et traduisent. Nous ne sommes que deux...private tour. Nous apprenons comment la ville réagit face aux véleités suédoises d'invasion, face à la peste . Comment Brème est la ville du café en Europe (nous goutterons café et chocolat) , comment vivaient les marchands d'autrefois....Très intéressant et forcément vivant. Nous poursuivons dans le vieux Brème par la Bottcherstrasse, rue historique reliant la place du marché au fleuve. De la brique rouge, de vieilles façades (pour la plupart reconstruites après la guerre) , de belles boutiques de souvenirs ou d'art , un célèbre carillon et ses quelques touristes applaudissant l'ordinateur jouant les mélodies et surtout ses deux musées: la maison de roselius (l'inventeur du déca) et le musée voisin Paula Modershon-Becker.Dans le premier: des meubles anciens et des tableaux plutôt religieux agencés dans une belle demeure. Intéressant pour l'ambiance. Et puis d'autres expositions de peintures ou de photos dans l'autre qui ne m'emballeront pas.

Un peu le coup de barre il faut dire. Nous finirons sur la place du marché à la recherche de quoi se nourrir. Je vais tester une sorte de paté viande de Bavière...que je trouve très bon ma fois...car original. Nina m'emmène ensuite dans la partie est de la ville . Arrêt dans une boulangerie pour tester les nombreux spécialités allemandes. Visite d'un vieux cinéma . Passage devant la rue de la prostitution (interdite aux femmes et aux enfants) . Visites des belles rues pavées avec maisons bobos. Passage devant les boites et bars branchés du quartier, très Berlin style, avec flyers et graphes partout. Très différent de ce que l'on voit en France. Encore une fois assez fatigué...je sature un peu. On rentre vers 18H30 à l'appart où l'on va se reposer toute la soirée. J'ai la flemme de ressortir. Lectures, rigolades devant les extraits de la Grande Vadrouille. L'accent allemand de ces vieux films , surjoué, fait rire les locaux. Pas faim on attendra vers 23 H. Premières impressions de la ville...je dirais que cela me fait plus penser à la République Tchèque que l'image que j'avais de l'Allemagne .Les gens, les looks , les faciès...je me crois dans un pays de l'est. De belles choses , une ville à taille humaine. Pas de quoi y passer des semaines à explorer mais pas désagréable.

Jour 3: Encore une matinée peu productive ...Après un gros brunch et sous un super soleil nous partons à vélo vers l'​Unviversum , musée des sciences de la ville. Le vélo dans ces villes du nord me semble être une institution, il faut dire que les routes lui laissent une place honorable. Nous rejoignons rapidement le Burgerpark, un immense parc que nous allons traverser. Un petit ou gros restaurant par-ci par là, un petit zoo, des rivières....je suis même surpris de rencontrer un très grand lac où la baignade est autorisée. Il y a même la portion nudiste! C'est très grand et agréable à parcourir. Nous arrivons alors à l'université de Brème où se situe le musée en forme de moule géante. Original. C'est un musée des sciences comme un autre mais celui-ci a la particularité d'être très interactif. Pas de panneaux explicatifs soporifiques. Juste le minimum et d'innombrables expériences très intéressantes. On va y passer toute l'après -midi sans s'ennuyer. Je retiendrai les caméras infrarouges , le labyrinthe dans le noir total (interdit aux claustrophobes) , la chambre à bulles, le sous -marin, la simulation de tremblement de terre...Beaucoup de matériaux pour mettre dans mes cours mais mon caméscope me lâche encore une fois et les photos rendent moyen. En fait on passe son temps à s'amuser passant d'une expérience à une autre. Cher (16 euros) mais vraiment bien. En sortant on peut aussi profiter d'un petit parc à côté avec une tour d'observation de 27 m permettant d'avoir une belle vue sur l'université et la ville.

On rentrera par le parc. Toujours agréable. Arrêt glace en ville puis retour à l'appart, affamés. On y dinera d'un bon gros plat de pâtes bolognaises avant de se reposer et de repartir pour une série de concert de jazz en soirée. Un peu la flemme mais Nina veut vraiment y aller alors on enfourche les vélos pour rejoindre un ancien abattoir transformé en lieu culturel : le Kulturzentrum Schlachthof. Nina négocie un bon prix d'entrée (chose inimaginable pour un concert en France), un peu de vin avec des bulles (curieux breuvage) et nous trouvons vite une bonne place pour les concerts. L'ambiance n'est pas trop classe pour un festival de jazz, à voir. Premier groupe, Flat earth society. Pas un son très accessible. J'y recherche les mélodies. Du Jazz d'élite sûrement. Puis Stephane Kerecki and Tony Malaby.Marrant comme à l'applaudimètre le petit français est moins soutenu que Tony from NewYork. Avec toujours ces " Yeah! " dans le public...de connaisseurs. Les concerts durent 30 minutes puis la pause, on change. Vient le tour d'un trio avec une jeune française, Anne Paceo. Plutôt soporifique, joli et bien joué mais il doit être tard. On terminera par Ilhan Ersahin et ses Istanbul sessions. Là c'est plus du rock, bassiste , batteur rock...Je vais vraiment aimer. Une bonne soirée donc...il ne fallait pas avoir la flemme. Retour tranquille mais un peu frisquet. Au lit très tard 3H30 au moins...difficile de s'endormir avec la musique de Nina en fond sonore.

Jour 4: Encore un réveil très tardif malgré le très beau temps. Petit déj rapide pour une fois et nous partons chez un ami turc qui me prête déjà son vélo et peut être maintenant sa voiture. Problème d'assurance , cela ne se fera pas. On se dirige alors vers les bords de la rivière Weser, sur la Weserpromenade Schlachte. Des berges aménagées comme dans tous les anciens ports, un marché aux puces avec son lot d'objet improbables ( qui utilise ces objets? )...très agréable en vélo. Nous poursuivons presque jusqu'au Stade du Werder de Brème pour prendre un ferry pour traverser la rivière. Nous arrivons sur une île entre deux bras de la rivière. Un coin un peu balnéaire avec son café branché , sa plage de baignade ( surprenant de se baigner en ville!) , ses joueurs de beach volley. Nina me montre ensuite une immense zone remplie de petites maisons avec leurs jardins. Une sorte de jardin municipal amélioré . Les Brémois achètent ou louent ( parait-il pas trop cher) ces lieux mais n'ont pas le droit d'y vivre .C'est juste pour s'y reposer.

C'est vraiment très joli et agréable. Très fleuris, souvent impeccables les jardins se succèdent sur des centaines de mètres. On se croirait vraiment à la campagne alors qu'on est en plein centre. Le reste de l'île contient aussi un immense parc très vert. Les gens font du sport (beaucoup d'aviron) , se reposent ….C'est vraiment bien plus vert que nos villes françaises. Ceci plus l'emploi fréquent du vélo donne un aspect assez nature à cette ville. On déjeunera de sandwich au fromage au bord le l'eau. Le soleil chauffe vraiment. Nous poursuivons jusqu'au bout de cette île pour rejoindre le Neues Museum, musée d'art moderne de la ville. On peut dire que nous sommes les seuls à s'enfermer ce samedi ensoleillé. On y retrouve les classiques: films complètement barrés, artistes dépressifs et sombres, monochromes, architecture design. C'est toujours un peu pareil mais j'aime déambuler dans ces univers si souvent éloignés de la normalité. Peut être un besoin de sortir du normé, du compréhensible...même si ce milieu a aussi ses codes et ses règles. Sans col roulé étais-je crédible pour parler d'une oeuvre? Nous prendrons ensuite un verre sur la promenade juste en face, Schlachte. Du monde, de la bière et du soleil. Classique. Retour vers 19 h à l'appart, après un arrêt pour essayer de trouver " la grande vadrouille "! Pas possible, too old. Une très bonne journée . La ville sous le soleil est agréable . C'est neuf , moderne mais fait avec goût . Immeubles en brique rouges, rues pavées. Je pense que ce doit être agréable d'y vivre. Et on ne se marche pas dessus , c'est une évidence.

CUXHAVEN

Jour 5: Réveil un peu tôt cette fois mais il fait beau et chaud et nous devons prendre un train pour aller à la plage alors...Un coup de tram où nous achetons un billet combiné à 38 euros (tous transports inclus...en fait le dernier bus ne le sera pas...ce qui exaspère Nina. Pour elle on fait payer n'importe quoi ici...un chien au Zoo, l'accès à la plage...). Arrêt p'tit déj en tee-shirt devant la gare ( une sorte de friand saucisse...) et on prend place pour Bremerhaven, la ville port à 60 km de Brème. Paysage plats ( j'y verrai des dizaines de chevreuils, de lapins, d'oiseaux ce soir) , beaucoup d'éoliennes...rien de plus que des près et des maisons disséminées. Changement (toujours ponctuel ici) pour un deuxième train pour Cuxhaven. Pas mal de monde, beaucoup de vieilles personnes, le climat y est censé bon pour la santé. Arrivés sur place , encore un autre bus bondé et on va arriver. La ville en elle-même ne présente pas d'intérêts, c'est neuf en général, sans grand charme. On s'arrête à Duhnen, proche de là. Tout le monde descend. Une promenade long la mer. Particularité du site , la mer se retire à des kilomètres à marée basse permettant aux gens de partir loin, voir même sur des îles au large avec des chevaux. Quelques branches dressées dans le sable balisent cette route submersible de boue et de sable et on y verra ce soir des carrosses transporter certains touristes . Très original. On remarque aussi les petites maisons de plage bleues et blanches ou jaunes à louer ou à acheter. Gros succès aujourd'hui. Problème , le soleil n'est pas côté plage alors les gens orientent leurs abris vers la promenade et toi tu observes la mer et les gens qui t'observent! On va ensuite remonter nos pantalons pour partir vers le large vers une hypothétique balise. Au départ tranquille avec un peu de monde puis vraiment seuls vers la fin à plusieurs kilomètres de la plage. Bizarre et dangereux pour qui ne surveille pas les horaires autorisés!

Sentiment d'être au milieu de nulle part. C'est un peu le sol des parcs à huîtres de Charente sur des km carrés. On rentre sous le soleil ( je commence à chauffer et doit même me couvrir la tête) pour ensuite passer l'après midi sur le sable , allongés sur des journaux. Très agréable , un goût d'été avant l'heure. Un rapide tour de la " ville " , en fait que des restaus et des bars , un chocolat chaud au côté d'un pizzaïolo imitant fort bien Pavarotti et on rentre ver 19 H. 2 heures plus tard on est à Brème, un tour dans le tramway 10 , assez mal fréquentés ( beaucoup de paumés buveurs de bières ou néo nazis ou l'ensemble...D'ailleurs il y avait Tankard en concert hier soir, cela devait être sympathique) .Retour à l'appart avec des couleurs , petit repas. Nina nous loue une chambre sur CouchSurfing pour Hambourg (50 euros les deux nuits, moitié prix d'un hôtel!) . Très belle journée, un lieu singulier, qui n'est pas sur mon guide, une escapade pour quitter un ville qui respire pourtant bien et du soleil, surprenant ….même dans le nord de l'Allemagne.

Plus de photos de Cuxhaven. Cliquer sur les images pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS DE CUXHAVEN

BREME

Jour 6: Ce matin , retour de la pluie et du ciel sombre. Nina décide de rester pour ranger, et régler quelques affaires personnelles. Je m'en vais visiter le centre historique de la ville . Pas un gros programme aujourd'hui , je vais prendre mon temps. Pas de bol le tourisme office m'annonce que la visite de l'hôtel de ville (Rathaus) n'est pas possible aujourd'hui...ce qui ampute mon déjà peu lourd programme de sa moitié. Je vais visiter lentement la belle place du marché, sa statue de Roland ( la plus vieille d'Allemagne sur sa position d'origine) , les belles maisons environnantes, les quelques galeries marchandes. Visite ensuite de la cathédrale de Brème (Dom St Petri) , en cours de rénovation. D'abord une montée dans la tour . Pas terrible, la vue étant bouchée par des grilles . J'aperçois néanmoins la ville depuis son sommet, je repère bien mieux les quartiers visités. Visite ensuite du petit musée , dans le fond de la cathédrale. Avec un audioguide j'y apprends beaucoup sur les fouilles archéologiques réalisées dans l'église. Le reste de l'édifice n'est pas transcendant. Depuis l'extérieur, dans la cour du bâtiment on accède à une salle où moins d'une dizaine de corps momifiés sont exposés. Une lady, un vieil agriculteur....C'est vraiment bizarre une momie. On ressent le facies de ses personnes, on imagine leurs vie il y a des siècles. Vraiment impressionnant quand on y pense. Je passe ensuite un peu de temps au Mac Do....envie d'une chose aseptisée et sans saucisses. J'y écrirai des cartes en attendant Nina

On se rend ensemble à côté du Kunsthalle muzeum fermé pour travaux au café Casablanca où seul nous prendrons notre nième café. Passage ensuite à la grande bibliothèque à la recherchée d'un De Funes. Il y en a mais pas les meilleurs. Marrant de voir une allemande imiter Villeret dans la soupe aux choux ! Non loin de là on se rend à l'​institut français, dans une belle bâtisse genre ambassade, non loin d'un lac artificiel qui serpente dans la ville. Plaisir de reparler français ...mais pas les bons films. Deux mais pas les meilleurs...Sur mes conseils ils vont acheter la grande Vadrouille! On continue ensuite par un peu de shopping...enfin on va juste regarder les prix ...les mêmes qu'en France. Donc peu intéressant. Nous terminerons par une longue balade sur la Schlachte pour rejoindre un quartier de restaurants dans l'est de la ville. Je vais y manger un très bon roulé de boeuf....Le goût du boeuf bourguignon mais en rouleau avec du jambon fumé à l'intérieur. Grosse discussion avec Nina sur le couple, le notre....Délicates questions. Mon lit sera plus grand ce soir.

Jour 7: Réveil tranquille et très long petit déjeuner à l'appart. Pas mal d'émotion ce matin , notre couple à longue distance est-il jouable? Que dire de mon comportement un peu distant? Je ne suis pas très à l'aise et vraiment peiné de faire souffrir Nina, une si gentille personne. Le programme pourrait changer les derniers jours . Je vais , la tête un peu ailleurs , visiter cette après midi, seul le musée Focke , un beau musée bordé d'un petit parc, dans un quartier agréable. Pas de bol , pas d'audioguide , ni de guide, ni d'explications en anglais. Dommage je vais rater plein d'explications. La visite reste néanmoins très intéressante. J'apprends sur l'histoire de cette ville, son industrie portuaire.....Des maquettes très bien faites, des vidéos , des peintures, le tout très bien agencé et aéré. Au sous-sol on trouve un bric -à-brac d'objets dans de très grandes pièces. Peu intéressant. Exposition agréable sur les bonnes manières et le comportement social . Il y aurait encore à voir dans une succursale ( maison dans le parc avec objets en verre, porcelaine...) mais je dois rejoindre Nina à l' Ubersee muzeum alors je me presse un peu. D'un coup de tram et me voilà près de la gare centrale, avec toujours les mêmes bandes de gars buvant de la bière avec leurs chiens. Un petit sandwich ( je ne vais pas grossir pour sûr) et nous commençons, un peu tard la visite du musée. C'est un musée d'histoire naturelle et d'ethnographie divisé en plusieurs sections suivant les continents. Au rez de chaussée , une grande partie consacrée à l' Océanie et à l'Asie.

Animaux empaillés, dioramas, maisons reconstituées, yourte, jardin japonais...J'apprécie .Le vieux guide nous montre même un truc surprenant, il accroche des larves sur un plateau de verre et le suspend au dessus d'un aquarium. Les poissons crachent de l'eau pour faire tomber les larves. Au premier, pareil pour l'Afrique et l'Amérique du sud ( un ton en dessous ) . Nous ne pourrons pas tout finir et ici l'heure c'est l'heure. Musée agréable même si tout est en allemand. Nous partons ensuite pour la place du marché à la recherche de cartes postales, redescendons la Bottcherstrasse puis flanons encore un moment en bordure de la Weser sur la Schlachte. Marrant de voir ces avirons et ses équipages menées par un chef hurlant " ein, zwei,.... " à l'Allemande! Très beau temps on va finir la journée dans le même restaurant qu'hier dans une bonne atmosphère. Délicieuse cotes de porc et quel gratin!Retour vers minuit dans une ville vraiment silencieuse et déserte (surprenant) . Demain départ pour Hambourg , pas mal à préparer. Une journée de transition, entre le chaud et le froid.

La vieille ville autour du Rathaus, les parcs, les bords de la Weser...De bien agréables endroits. Plus de photos. Cliquer sur les images pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS DE BREME

HAMBOURG

Jour 8: Réveil un peu trop matinal à mon goût mais nous devons être à 10h30 à la gare pour rencontrer un gars avec qui partager le billet pour Hambourg. Les gens se retrouvent ainsi régulièrement pour partager les frais en achetant des billets valable pour plusieurs personnes. Pas de bol, le tram n'assure pas son service régulier et pour 5 minutes nous allons manquer notre gars et notre train. Pas trop grave on va attendre au soleil le suivant . Nina va au culot aborder un groupe de femmes devant notre quai et va négocier un aller simple pour 5 euros! Grosse économie. Trajet ponctuel et rapide pour la 2ème ville d'Allemagne. L'arrivée est assez surprenante, c'est une ville qui sent l'industrie , le vieux et le neuf . Des chantiers partout , un ensemble parfois hétéroclite de bâtiments en brique rouge entourés de d'autres plus modernes. La gare est digne d'une ville de 1,7 million d'habitants. On y trouve vite de quoi acheter la Hambourg Card qui nous offre 3 jours de trajets illimités et de nombreuses réductions . Nous nous rendons en U-Bahn chez Gerry, un américain diplômé d'Harvard qui bosse ici pour une compagnie liée à internet. Nous voulions un peu plus de liberté qu'en Couchsurfing alors on lui sous louera une chambre pour 2 nuits pour 50 euros. A peine le temps de poser les sacs qu'on part vite visiter la ville. Nous nous arrêtons dans la nouvelle ville près de Jungfernstieg. De suite la différence d'avec Brème saute aux yeux . Quartiers et gens plus chics, des businessmen, plus de monde et de bruit. On se rend dans l'église proche de St-Jakobi. Pas grand chose à dire sur cette église rénovée après la guerre si ce n'est son orgue. On poursuit vers la place de l'hôtel de ville, le Rathaus.Très bel édifice et très belle place , longée par un canal . Nous attendons la visite guidée en se promenant sous les Alsterarkaden, rendez-vous assez chic de nombreuses mémsé prenant leur chocolat chaud Godiva. La visite du Rathaus sera intéressante. Cet édifice contient plus de pièces que le palais de Buckingham, on n'en visitera que quelques unes mais de qualité. Chambre du parlement, des sénateurs, " bureau " d'apparat du maire, salle de réception assez gigantesque. Nous sommes 3 dont un japonais qui prend des photos....Belle visite.

Nous poursuivons ensuite par un des symboles de Hambourg, l'église Saint Michaelis. Deux fois détruites par un incendie elle est surtout connue aujourd'hui pour sa vue superbe depuis la terrasse à 109 m . Ce qui m'impressionne est la vision du port. Des immenses bateaux de croisières en réparation, des docks avec des grues immenses....un véritable paysage original. 2 ème port d'Europe...on imagine la surface. Dans les environs on va voir les Krameramtswohnungen, petites habitations dans une rue, pour les veuves des merciers ( XVII ème siècle). C'est charmant, un peu le Schnoor de Brème. On va même prendre un café sur la terrasse d' un vieux restau au fond de cette ruelle. Très agréable. Quelques boutiques de souvenirs et autres galeries d'art dans cette impasse. On poursuit ensuite vers un ensemble de maison , près du musée Brahms, d'allure vieilles mais en fait assez récentes. De là courte halte dans le Wallring parc proche autour du musée d'histoire de Hambourg ( allure d'une fac anglaise avec ses briques rouges) . Tout est bien joli ici et la première image de la ville n'est pas celle que l'on décrit parfois. On descend ensuite , passant près de l'immense statue de Bismarck, vers les Landungsbrucken. Sorte de gare en bord de l'eau où se trouvent les embarcadères des tours en bateau , une promenade et des restaurants. Agréable promenade en face des monstres de bateaux . De là on longe l'Elbe vers le Fischmarkt , esplanade en bord de fleuve quelconque en semaine mais très vivante le dimanche avec sa halle de marché ancienne ( le plus grand et le plus vieux marché de Hambourg (1703)) . Il est temps de rentrer, un coup de shopping à Lidl près de la gare d'Altona et on rentre . On partagera nos pâtes au saumon avec l'américain peu bavard. Pour une fois dans les temps , au lit avant 23 h! Un luxe. Très bonne journée . La ville donne une bonne image sous le soleil et il y a beaucoup à faire ici.

Jour 9: Très bonne nuit , la matinée sera très tranquille...au lit. Brunch vers midi...de quoi tenir jusqu'au soir. Temps chaud, encore un journée en tee-shirt. Nous nous rendons d'un coup de U-bahn à la gare centrale, juste à côté du ​Kunsthalle, grand musée d'art hambourgeois. Nous allons y passer plusieurs heures . D'abord une grande partie sur le 19 ème siècle, où nous passons beaucoup de temps à admirer la technique de certains maîtres .J'apprécie particulièrement les paysages où tout semblait bucolique. La vie était-elle comme ça ? Puis des salles d'art moderne avec Klee , Munch...Une autre aile du musée est consacrée aux maîtres anciens , Rubens , Canaleto, Rembrandt. Vraiment riche et bien fait, nous avons juste le regret de ne pas avoir d'audio guide en français . Une pause s'impose au café Liebermann, joliment situé au coeur du musée et au cachet surannée. J'y goûte ma première Beck, bière de Brème . Il fallait y passer. Nos forces retrouvées nous partons pour la Galerie der Gegenwart, consacrée à l'art contemporain. Dans un nouvel espace forcément design ,le musée nous une très belle exposition temporaire " Pop life " .Warhol, Koontz, Hirtz, Harring...évidemment. La mise en scène est forcément branchée et colorée. J'apprécie vraiment et trouve du génie dans ces artistes qui avec pas grand chose sont arrivés à nous faire cracher des millions! Harring et son petit bonhomme décliné à l'infini (bonne reconstitution de son Pop Shop de NewYork) .Warhol et ses délires . Koontz et son génie du marketing ( un peu osé parfois ses compos ...interdite au moins de18 ans). Repus d'art on se décide pour foncer attraper un bateau sur l'Elbe pour visiter le port.On pensait prendre un tour privé mais le ferry public nous semble bon. On se rend alors avec les habitants pour Finkenwerder .

Belles vues sur le port et ses impressionnants docks . Les grues immenses et à perte de vue chargent et déchargent d'immenses containers sur des bateaux non moins immenses. Sur l'autre rive d'immenses et superbes maisons pour certains happy few. Par contre l'arrivée nous laisse un peu sur notre faim. Il y a bien deux chemins proposés pour découvrir les quelques maisons anciennes du coin mais on rebroussera vite chemin. Nous descendrons au fishmarkt et irons rejoindre la célèbre ​Reeperbahn. Rue centrale du quartier chaud d'Hambourg, mondialement connu. C'est rempli de sex shop, de gens qui boivent, de gars louches....Je vais me prendre au jeu et descendre la fameuse rue Herbetstrasse, interdite aux femmes et fermées à ses deux extrémités. Impressionnant, on est 3 gars à y marcher .Toutes les filles en vitrines , dont certaines très belles, m'appellent une à une...Drôle d'expérience....Tout près de là il y a une prostituée tous les 2 mètres...hallucinant. Et il est 20h! Des bars , des cinés...bref vraiment un quartier du vice , du plaisir et de la " fête ". A voir mais je n'aimerais pas y tester les hôtels. Nous rentrerons manger à l'appart, au son d'Hans Albers, célèbre chanteur Hambourgeois mort en 1960, une figure en Allemagne. De bonnes chansons de marins dont l'hymne de la Reeperbahn (à écouter sur Deezer!) . Encore une très bonne journée. Hambourg sous le soleil ne manque pas de charme. Un très beau musée et un environnement portuaire très original. A voir.

Jour 10: On essaye ce matin de se lever un peu plus tôt . Gerry , avec lequel on n'a pas un feeling énorme, est là . Quelques mots de politesse mais rien de plus . Café, pain et fromage fondu au four, fruits...on part plein d'énergie vers le Speicherstadt, la ville des entrepôts. Temps plus germanique aujourd'hui mais j'ai quand même été gâté pour mon séjour. C'est un ensemble, ancienne zone franche, comportant autant de bâtiments que les lettres de l'alphabet ( sauf les deux ou trois dernières...) , datant de la fin du XIXème siècle. On va passer pas mal de temps dans ce quartier en pleine mutation. Comme bon nombre de docks " de centre ville " ils deviennent années après années, à l'instar de Londres , des endroits plutôt branchés avec offices, restaurants et belles voitures. Le nouveau lieu de concert du philharmonique d'Hambourg y est en construction en bord d'Elbe. Une construction qui fera parler d'elle vue la taille et le lieu. On s'essaiera aussi a tenter un petit musée sur l'Afghanistan, mais qui pour Nina ressemble plus à un lieu de vente donc...non. De même pour le musée des épices qui ne semble pas plus intéressant que le bazar aux épices d'Istanbul. Petit arrêt sympa pour un café , j'en profite pour dévorer les livres sur l'histoire de ce port de légende. La taille des bateaux ayant fait escale ici laisse pantois. Les bâtiments de brique rouges sont remarquables , on y voit les endroits où les ouvriers montaient les marchandises depuis les barges, dans ces lieux qui servaient d'entrepôts. Aujourd'hui tout ce monde est révolu mais un long moment dans le musée ​Speicherstadtmuzeum va nous ouvrir les yeux sur ce passé.

Au 4 ème étage d'un de ces bâtiments, il présente la vie de ces ouvriers, comment ils travaillaient, avec quels outils, pour quelles marchandises ( café, cacao..) . L'ensemble est vraiment très bien fait . On passera un bon moment à étudier ces photos ( pas si vieilles parfois 1960 , 1988) où la ville avait un autre aspect, ces films sur la reconstruction après la guerre, ces objets. Au final on arrive à vraiment en regardant par la fenêtre à imaginer toute la vie de cet endroit. Vraiment un must car original. Et puis le bruit des tankers, des péniches à quelques mètres de là apportent un cachet à cette ville portuaire. Ensuite on erre un peu dans la Neustadt, le long d'une grande rue commerçante, rien d'extra. On se rend au jardin botanique alors que la pluie arrive. Au pied d'un laid hôtel Radisson se trouve de grandes serres malheureusement fermées à cette heure ci. Le reste ne nous emballe pas , un parc assez classique mais je ne peux me prononcer vue la petite partie visitée. Un coup de U-bahn et nous voilà chez Gerry .On y attend un peu puis on se rend à l'immense gare pour trouver une fille avec qui on va partager notre biller de train. Méthode classique ici. Ainsi me voilà avec un aller simple pour Brème à 5 euros 60! Train bondé , j'y finis l'Alchimiste, à moi de trouver ma Légende Personnelle. J'ai vraiment beaucoup aimé Hambourg, je ne vois pas comment on peut , comme l'écrit le guide du routard, ne pas aimer cette ville. A la rigueur pour des fous d'archéologie ou d'histoire ancienne..mais quand même...impossible de s'ennuyer ici et vraiment ce n'est pas laid. Qu'on se le dise. Soirée tranquille à l'appart . Demain , 1er mai, les gens doivent être tous dehors , une tradition ici. Donc on augmente le son.

Plus de photos d'Hambourg. Cliquer sur les images pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS D'HAMBOURG

HANOVRE

Jour 11: Ce matin on a rendez-vous avec un ami de Nina, chauffeur de train. Il va nous emmener gratos à Hanovre , dans la cabine de pilotage. Sans ça je dois avouer que je ne serai sûrement pas aller dans cette ville . Le trajet va être très intéressant , il nous explique le fonctionnement du tableau du bord, les vitesses automatiquement réglées par ordinateur, les signaux pour redémarrer du quai . C'est vraiment un petit luxe d'autant que les quais sont bondés en ce premier mai. Le premier mai est quelque chose de bizarre en Allemagne. Chez nous je pense plutôt au muguet , à la mire sur la Télé de mon enfance, mais ici c'est l'occasion de faire la fête et de s'alcooliser à outrance. On rajoute à cela un match de football important à Hanovre et vous imaginez l'ambiance. Des gars hurlant comme des animaux, des bouteilles partout...Vraiment une basse image de l'espèce humaine. Ensuite il y cette belle ville d'Hanovre. Elle devait l'être , avant la guerre, car aujourd'hui , j'avoue ne pas être emballé...malgré sa réputation de ville verte. Sous sol sombres, métro vieux, immeubles en bétons...Bof...On rencontre le frère de Nina pour boire un verre et manger une glace . Tien une jolie rue avec de vieilles maisons ...On se rend ensuite aux jardins royaux d'Herrenhausen, le petit Versailles local, avec ses immenses jardins et ses fêtes baroques en saison. Pour y aller on longe la belle université, et un immense parc avec lac , barbecues...et soleil. Coup de barre pour moi, je ne dors pas assez, bruits , lumière et rythmes différents peut être. Je me ridiculise un peu en mettant un body noir sur ma tête pour me protéger du soleil ( je dois être le seul du parc ainsi) et nous entamons la visite.

Pas mal de mariages aujourd'hui avec les meringues et les photos guimauve. Des jets d'eaux dont un tel un geyser, des enfants qui se mouillent, des parents qui promènent les poussettes (ou est-ce l'inverse?).Ce n'est pas la saison des fleurs mais cela reste agréable. Visite aussi dans le parc d'une petite grotte décorée par l'artiste française Niki de Saint Phalle, symbole de la ville. Pas plus émus que ça devant ces statues colorées. La pluie nous pousse à quitter le parc sans avoir vu la seconde partie, près du Sea Life Aquarium.Nous nous rendons au Rathaus, l'hôtel de ville local. Au pied de ce monument imposant se déroule une fête avec ses stands de pub, de nourriture...une animation de 1er mai. Nina m'offre une montée au sommet de la coupole. L'accès par un minuscule ascenseur penché(!) est à déconseiller aux claustrophobes et à ceux souffrant de vertige. La vue du sommet est très belle. Montagnes au loin, le stade qui se vide de ses supporters, l'opéra, un lac, quelques maisons préservées, mais aussi d'horribles constructions d'après guerre. On rejoint la gare remplie de supporters pour rentrer à Brème. Ne souhaitant pas payer les 21 euros du trajet on ( Nina) se débrouille pour accoster quelques personnes sur le quai pour partager un ticket. Un couple m'offre gratuitement ce service, royal! Attente longue et stressante dans ce bruit et cette foule. Content de retrouver un certain " calme " . On file direct dans notre restaurant favori ou nous allons devoir attendre pas mal pour avoir une table. Mais quel régal, ce sera pour moi le steak argentin. Délicieux. Bonne journée, on rentre , crevés, et le sommeil ne tarde pas.

Plus de photos d'Hanovre . Cliquer sur les images pour agrandir et quelques indications.

Plus de photos d'Hanovre

Jour 12: Pour ma dernière journée, l'ambiance est à la tristesse. Pas mal d'incertitudes ou de certitudes inavouées. Je traîne au lit , on range, lave, on écrit....Ambiance de départ. Un léger breakfast avalé , le sac rangé on ressent un certain malaise. Je ne vais sûrement jamais revoir cet appartement très agréable, Nina devrait se faire quelques temps à mon fantôme. De quoi quitter sans le sourire les lieux. Nous nous rendons devant le Rathaus , je souhaite y goûter un immanquable: la saucisse germanique! Très bon ...tant que cela reste un aliment peu courant. On va ensuite rester un bon moment dans un beau et vieux restaurant en face de la statue de Roland. Longue et nécessaire discussion . Pas un seul accrochage durant nos rencontres, de très bon moments partagés mais je crois qu'il n'est pas bon de continuer. C'est assez horrible car c'est une fille vraiment agréable, très classe , avec qui je partage beaucoup de points en communs. Il manque juste cette attirance parfois , le fait aussi que nous ne vivons pas ici la vraie vie, juste les meilleurs moments. En tout cas quelle tristesse dans l'air. Je n'aime pas les fins , un dimanche c'est déjà souvent assez triste mais là...Nous errons ensuite, le compte à rebours ayant commencé, dans une atmosphère pesante. Nous repassons avec émotion dans les lieux du début du séjour. J'achète d'ailleurs mes souvenirs dans le Schnoor. Dernier banc sur la Schlatse et lent départ pour le tramway. Derniers au revoir émouvant, vision assez horrible de laisser Nina sur le quai, en pleurs, le tramway s'éloignant. Le chaud et le froid avait-on dit à Istanbul. L'aéroport est bien trop près, je vais y attendre un bon moment, perdu dans mes pensées. Pas envie de décoller, pas envie de faire de ce présent un passé. Dernier regard depuis le hublot vers le son quartier, vers cette ville que j'ai arpentée de long en large durant plusieurs jours. Je vais plusieurs jours durant rester sous le choc de cette rencontre. Pas si sûr de mon choix.

Plus de photos des musées de Brème. Cliquer sur les images pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS DES MUSEES DE BREME

LA VIDEO DU SEJOUR

Un peu de Brème, de Cuxhaven et d'Hanovre. Pas d'une très grande qualité cependant....

CONCLUSION

Surprenant , je dois me justifier mais j'ai aimé le nord de l'Allemagne! Le séjour fut vraiment agréable, tant de musées , de quartiers originaux,de parcs, loin des circuits traditionnels. Il est agréable pour une fois de ne pas être envahi par les hordes de touristes et du cirque qui suit . Le sentiment d'avoir vécu à l'allemande pendant quelques jours. Brème a beaucoup de charme. Un centre historique vraiment agréable,des parcs, de beaux musées, une belle rivière et une atmosphère tranquille. Hambourg et son histoire ne peuvent qu'impressionner. L'immense port, ses quartiers "de marins" montrent les derniers vestiges d'un temps révolu. Qu'il est bon encore de pouvoir rêver aux cargaisons de café, de cacao livrées du bout du monde sur ces quais. On écoute Hans Albers et on se transporte. J'ai aussi été particulièrement bien reçu par Nina qui a participé au bon déroulement du séjour. C'est tellement agréable de partager , de commenter , de critiquer , de causer. Le voyage a deux ouvre moins sur les autres je pense mais quel plaisir de ne pas errer seul toutes ces journées. Je quitte l'Allemagne et mon allemande avec regret c'est certain .

LE POUR: le faible nombre de touristes, l'originalité de certains sites, le calme dans certains quartiers, la nourriture, les musées, l'ambiance maritime, le passé de ces villes.

LE CONTRE: le prix des transports en communs, certains musées non traduits en anglais, l'alcool dans les rues.