BUDAPEST ET LA HONGRIE

POURQUOI LA HONGRIE?
Je cherchais un voyage abordable, dans un pays plutôt peu étendu , pour pouvoir en avoir une approche pas trop superficielle en 15 jours. Je possédais déjà le routard de Hongrie après mon voyage de l'an dernier. Budapest est une autre grande capitale européenne, alors pourquoi ne pas continuer ma visite de l'Europe du Milieu...?

L'EQUIPE
Moi + moi....tout seul. Et l'on verra que ce n'est pas la meilleure chose d'un tel voyage.

PLAN DU VOYAGE

ITINERAIRE ET ORGANISATION

Je pensais au départ pouvoir réaliser un tour assez complet du pays. J'ai du modifier, vu la richesse des villes et la lenteur des transports , mon itinéraire qui reste néanmoins assez consistant en déplacements et en gares routières!

PERIODE
Je suis parti au mois d'avril . Au niveau du climat j'ai été très agréablement surpris. Ayant eu très froid l'an dernier à Prague, je m'étais habillé assez chaudement cette fois. J'ai pourtant passé l'essentiel du voyage en tee-shirt , ne mettant un pull que parfois le soir et dans mes nuits dans les "montagnes". L'ensoleillement était exceptionnel , je me croyais dans le Var! Sans chapeau , ni crème solaire, ni lunettes de soleil , j'en ai parfois souffert.
Pour en savoir plus sur le climat , le site de Météo Consult.

Au niveau de l'ouverture des sites , la période correspond au début de l'ouverture d'un bon nombre d'entre eux.. J'ai du quelquefois me contenter d'observer de l'extérieur mais rarement.
La fréquentation touristique était aussi peu dérangeante. Le printemps est décidément une très bonne saison pour visiter de nombreux pays européens.

NIVEAU
Débutant. Il ne sert même pas de parler une langue étrangère ...sauf à la rigueur l'allemand. J'ai pratiquement tout le temps communiqué par gestes et par dessins. Le système des transports est très bien géré et clair. La nourriture est facile à trouver. Un voyage tranquille pour peu qu'on s'applique à bien connaître les lieux visités , en potassant par exemple pas mal le Lonely Planet et ses cartes souvent très utiles et secourables.

HEBERGEMENT ET BUDGET
Dans ma gamme de prix , la plus basse, ( de 3000 à 5000 Forints (​taux de change ) j'ai pu trouver pas mal d'hébergements simples en dortoir ou chez l'habitant. Cette dernière manière est bien plus sympathique et bien plus confortable que les AJ , identiques où que l'on soit dans le monde! On trouve facilement dans les rues, ou avec l'aide des offices du tourisme de quoi se loger...du moins en cette saison.
Le budget du voyage a été de 735 euros avion compris soit une moyenne de 35 euros par jour, une fois sur place. Je n'ai pas trop lésiné sur les sites payants. Par contre, pas de restaurants , ni de bars et pas de folies. A 2 ou 3, bien sûr, l'hébergement serait plus économique

QUELQUES LIENS UTILES
Pour préparer et compléter ce voyage j'ai utilisé :

Par contre, le Lonely Planet Budapest et la Hongrie ( bien sûr plus complet...) m'a beaucoup aidé et s'est révélé d'une grande utilité par sa précision, ses cartes et sa richesse. Un compagnon de route indispensable.

Quelques sites utiles:


Mon roman de route: "le temps des offrandes " et "entre fleuve et forêt" de Patrick Leigh Fermor.
Le récit passionnant d'un itinéraire à pied de Londres jusqu'à la Roumanie, en 1933. J'y ai retrouvé de nombreux sites tchèques ou hongrois. Le côté historique est très riche.

BUDAPEST

Jour1à 4 : Tout commence mal ! Je passe la nuit chez une amie(…), mes affaires étant restées chez Nick, à quelques rues de là. Mon vol est à 13h25 et j'arrive chez lui confiant avec ses doubles. Dès la première porte : problème... mais la voisine m'aide et je rentre . Puis je galère plus de 40 minutes avec sa serrure. J'appelle un peu partout, passe de la panique au défaitisme .Sandra , avec sa clé à outil , me sauve et m'emmène vite à l'aéroport. Gros stress mais je réussis à partir ! Nick sur le coup m'a paru très désinvolte et peu concerné …tant que je ne touchais pas à sa serrure…..le reste lui importait peu…. Vol tranquille vers Roissy CDG où je passe 4 heures. Pas assez de temps pour aller rendre visite à ma nièce , Cléa, à peine née .Je m'occupe alors chez Pizza Hut avec mon Lonely et mon roman de Patrick Leigh Fermor qui me suivra tout le long du séjour.
J'arrive à Budapest en fin de soirée, Oasis , dans les oreilles , l'atterrissage sera zen et exaltant. Peu de monde dans l'aéroport. J'y change un peu d'argent et prends un minibus qui amène les gens jusqu'à leur hôtel (moi c'est le Red Bus Hostel) pour environ 18 euros AR. Le transfert et rapide et me retrouve vite dans ma calme et propre auberge. Au lit vers 23h, zen et cool.

Dure nuit dans ce dortoir de 4 à cause de 2 allemands très peu discrets. Du classique en auberge avec les ronfleurs….et les anglais bourrés. Bref , le voyageur n'est pas toujours un exemple de politesse et d'altruisme. Décevant. Peut -être changeront-ils en voyageant un peu plus et surtout en vieillissant ? Je me lève vers 8 h et prends le petit déjeuner avec des français vivant à Bucarest. Je pars ensuite pour un long périple à pied dans la ville vers le Bois-de-la-Ville, par de larges avenues désertes. Normal on est le Lundi de Pâques ! Je commence par la visite de la Basilique Saint-Etienne. Grande mais pas impressionnante. Je poursuis par la remontée de l'avenue Andrassy, bordées de magasins fermés. Passage devant l'académie de musique Franz Liszt puis arrivée dans le parc. Mes craintes se vérifient : tout le monde se rend au zoo et la queue pour rentrer est bien trop longue à mon goût. Je n'irai pas aujourd'hui et dois changer mon plan. J'erre donc dans ce parc à la recherche d'activités. Même les thermes, mon second but de la journée , sont fermés. D'entrée ce n'est pas la même émotion que l'an dernier à Prague. A choisir : commencer par Budapest. Je cherche l'émotion en vain. Je fais le tour du grand château siégeant au milieu du parc et entouré de monde. Je n'ai vraiment pas choisi le bon jour. Je décide alors de visiter le quartier juif, désert lui aussi. Je vois , de l'extérieur, quelques synagogues, mais là encore le souvenir de Prague rend cette visite un peu terne. On peut voir sur quelques façades des traces d'impact de balles datant de 1958, aux environs de la place Klaus Ter. Je commence à fatiguer, cherche un endroit sympa pour me reposer ou boire un verre .Je marche , marche, rejoins Egyétem Ter , où je visite l'église puis finis par arriver au bord du Danube . J'emprunte la voie touristique , Vaci Utca, sans vraiment observer. Crevé et un peu déçu. Je retourne alors me reposer dans ma chambre vers 15 h30, pensant qu'il serait beaucoup plus tard. Sandwich , un peu de zic, je somnole doucement. Vers 17h30, je quitte mes 2 allemands occupés à dormir le jour et reprends Vaci Utca. On y trouve bien sûr tout ce que j'adore : tee-shirts, italiens lookés, folklore et touristes comme moi…enfin non pas comme moi j'espère !Je poursuis jusqu'au marché de Pâques( varosmany ter) , semblable à celui de Prague à la même saison( l'émotion en moins je le répète) , avec ses odeurs et des choses un peu plus sympas. Je continue jusqu'au parlement, qui ressemble de loin à celui de Londres, en longeant de beaux hôtels et de très belles pièces architecturales. J'erre seul et aimerais bien partager ces terrasses et ces bars avec quelqu'un. Je rentre vers 20h30 et n'ai d'autre choix que de finir dans ma chambre . Il n'y a ni bars , ni salle commune. Que faire ? Finalement cela ne me dérange pas . J'ai de quoi lire. La journée fut bien remplie avec de nombreux kilomètres parcourus. Peu d'émotion cependant. J'ai plus erré que visité…et sans le partager. Le très beau roman " le temps des offrandes " , l'histoire d'un anglais marchant en 1933, de Hollande jusqu'à Constantinople , me rend nostalgique de cette époque bénie pour le voyageur. Je m'endors, zen, vers 23h.

Grâce à mes bouchons d'oreilles et à mon loup la nuit fut très bonne. Réveil matinal pour me rendre vers la Citadelle par le Pont de l'Indépendance. Il fait très beau et déjà chaud . La montée solitaire est très agréable dans le parc et commence en face des Bains Gellert. Les vues sur Pest se dégagent, en particulier du sommet , ou il n'y pas grand choses d'autre à voir, hormis quelques cars et boutiques de touristes. Je les quitte vite, c'est mon luxe et ma liberté, pour descendre et remonter vers le Palais Royal ,en face, sur une colline proche. La comparaison avec Prague est toujours là et toujours au détriment de Budapest. Plus de bruit de voitures ici par exemple. Je visite le Musée Hongrois. De belles œuvres comme souvent mais j'erre un peu parmi ces toiles. Seules les scènes réalistes du passé, les paysages bucoliques et les batailles attirent mon regard. Nostalgie du passé ou envie de campagne ? Encore une fois il manque quelqu'un pour commenter ces toiles. L'iconographie religieuse me parle peu je crois.
Je cherche de quoi manger et me contente de barres chocolatées. Le Burger King, pas loin , me réconfortera plus tard. Je fais la visite du charmant petit musée de la pharmacie. Le genre de musée que j'adore : petit, tenu par 2 mamies, personne…Au moins là j'observe dans la sérénité. Je m'arrête longuement sur la reconstitution d'un laboratoire d'alchimiste. Ce côté calme et rustique m'apaise dans cette grande ville. Finalement l'intérêt de ces voyages solitaires n'est-il pas aussi de nous faire rendre compte de ce qui nous manque vraiment? A ce moment là je me dis que je ne souhaite pas vivre dans une grande ville…Il faudrait alors que je change mes vœux de mutations... Buda est vraiment différente de Pest, bien plus calme et plus touristique aussi même si j'essaye de faire abstraction de toutes ces boutiques de pacotilles. Je visite la belle église Saint-Mathias puis prends un cappuccino sur une terrasse surplombant la ville. Je m'en vais avant que le joueur de violon attitré me colle ! Je poursuis par la visite du Musée Militaire, un classique pour moi…et souvent gratuit et désert. Des salles et des salles souvent ennuyeuses. De bonnes choses …pour passionnés quand même. Je me réalimente au Burger King vers 16h. La journée est fatigante et pourtant je continue à musarder pas mal. Je visite ensuite un grand centre commercial local à la recherche de chaussures plus confortables que mes Kenzo…Les prix s'alignent sur le reste de l'Europe et je ne ferai pas affaire. Je continue par l'île Marguerite où beaucoup de gens font du sport profitant de très belles vues sur le Danube et le Parlement. Je rentrerai à pied par les boulevards. Arrêt cybercafé et repas sur la pouce. Je rentre vers 21h à la chambre après cette grosse journée solitaire. Dans ma chambre je rencontre un type un peu glauque qui ne répond pas quand on lui parle puis qui se lâche en fustigeant les auberges de jeunesses (elles ne lui permettent pas de rencontrer de filles et de rompre sa solitude!). Il me lance ses idées sur le vide juridique, l'impossibilité des rencontres…A mi-chemin entre un frustré ou un pervers sexuel ..pas cool le gars.

Malgré l'odeur de sueur et les ronflements de mon " compagnon " bizarre du dessous, je passe une très bonne nuit et me réveille vers 7h30. Après une discussion avec un arménien, lui aussi surpris par notre collègue très spécial ,je me rends en métro aux bains Szechenyi sous un soleil encore radieux. Les bains sont très grands. Je ne connais pas trop les règles de ce genre d'endroit et me perds un peu. Il y a 3 grandes piscines extérieures et plusieurs à l'intérieur , ainsi que des saunas et des salles de soins. Je nage au milieu des mamies et papis, bronze et prends des coups de soleil ( je n'avais pas prévu de crème en cette saison…) , me grille au sauna, me relaxe dans les bains bouillonnants, nage à contre courant. Génial et typique. Avec l'heure moins de locaux et plus de touristes. Je quitte alors l'endroit , bondé, vers 12 h30 .Je continue par la visite du zoo tout proche. Je commence par un jardin japonais charmant la visite de ce joli zoo à taille humaine. J'apprécie beaucoup la visite même si la bêtise humaine , en particulier devant les singes , est une constante de ces endroits .Je revois beaucoup d'animaux vus en d'autres lieux et dans leurs milieux naturels : les toucans de l'Amazonie, les sea-lions des Galapagos , le phoque de Rum. Seul dans une grande ville , je ne me lasse pas de ces zoos et jardins botaniques. Une visite revigorante. Je poursuis par le musée des Beaux Arts. Beaucoup de toiles mais j'erre un peu et ne suis pas très sensible à tous ces chefs d'œuvres. Je rentre alors vers la gare, à la recherche de chaussures à acheter , par une galerie marchande un peu vieillotte. Un coup au cyber café puis repas équilibré au Burger King vers 19h. La journée fut très bonne. Toute cette nature me fait penser à cet été, la nature , la jungle m'attirent. Je regrette aussi de ne pouvoir partager ce que je vis ici. La ville est très agréable ...et quel temps. Par contre , que faire le soir , seul ? Je traîne vers le Danube, puis le quartier Josefvaros et rentre par le quartier juif. Rien d'extra la nuit : pas l'ambiance romantique de Prague. Au lit vers 21h30, sac prêt pour le lendemain.

Plus de photos de Budapest. Cliquer sur les photos pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS DE BUDAPEST

SZENTENDRE ET VISEGRAD

Jour5 :
Réveil vers 7h30 après une très bonne nuit. Je quitte la ville en métro puis en train pour Szentendre, à 1h environ de là. Mon gros sac sur le dos , j'y passe environ 2h. C'est sympa, mais il y a vraiment un côté touristique qui me déplaît. Je passe un temps à observer les élèves de l'école qui se servent de la place de la plus haute église de la ville comme cours de récréation. Les jeux sont universels : on creuse, on court, on saute….Je flâne dans ces ruelles en évitant les groupes de touristes. Vers 11h je prends un bus pour Visegrad, peu émerveillé même si le Danube est bien paisible par ici. J'arrive à destination vers 12 h, dans ce petit village assoupi. Observant l'animation, j'hésite un moment à passer la nuit ici. Finalement je trouve assez facilement une chambre(4800FT) chez une mamie sympathique , ce qui me pousse à rester. Allégé , je pars dans le cagnard ( pas de crème, ni chapeau…je chauffe) pour la visite du Palais Royal, désert. J'apprécie beaucoup ce site , certes, très restauré, mais tranquille. J'y passe un bon bout de temps puis entame ma montée vers la tour Salomon (fermée) puis vers la Citadelle. Tranquille ballades dans les bois…en Kenzo…avec un temps superbe. J'arrive là-haut sur le parking des cars, avec son lot de filles ventre à l'air mangeant des glaces. Je visite la Citadelle jouissant d'une superbe vue sur le Danube et les collines alentours .Je flâne longuement dans ce lieu, réfléchissant à mon itinéraire futur. Je redescends au village par un autre chemin, fais quelques courses puis me repose sur une berge très agréable du fleuve. Je rentre vers 19h à l'appartement où la dame , très gentille, tient absolument à m'aider à préparer mon repas. Elle a pitié de mes pâtes au concentré de tomates . Difficile de communiquer mais on essaye. Elle me laisse vers 20 h , me faisant même la bise ! Très sympathique étape chez une Hongroise. J'adore cette journée , l'ambiance paisible , le grand bol d'air…Fin de soirée tranquille ( lecture , lessive, télé). Quelques coups de soleils.

ESZTERGOM ET SOPRON

Jour 6 :
Réveil 7h10 après une très bonne nuit. Je dis au revoir à la propriétaire (encore la bise) et à son chien Gaston , et quitte le lieu, en tee-shirt, ,encore sous un soleil merveilleux. C'est incroyable la luminosité de ce pays, tellement différente de la République Tchèque, l'an dernier, à la même époque. Je prends le bus de 7h53 pour Estzergom, lieu où Marc Aurèle aurait écrit ses Pensées.... Je visite la plus grande Basilique de Hongrie dès l'ouverture. Tout seul , je monte dans la coupole. Vision étrange d'un vieux balayeur , nettoyant l'intérieur du dôme, dans un endroit à l'acoustique très étrange. Les vues sont panoramiques sur le Danube et la Slovaquie, juste en face, avec ses usines et ses barres d'immeubles . Je finirai ma visite succincte de la ville , alourdi par mon sac, par une marche le long des rives du fleuve. Je passe à côté du pont rejoignant la Slovaquie , hésite mais refuse de passer la frontière. Ce sera pour un autre voyage .Arrivé à la lointaine gare ferroviaire j'apprends que mon train partira dans 3 h pour arriver dans 7 heures. Trop pour moi, je me rends à la gare des bus et saute dans un bus pour Tata en train de se remplir de passagers. Mon choix doit être rapide. Connaissant bien mon guide et la carte de la région cela me semble un bon choix. Le bus est bondé et je reste un bon bout de temps derrière un géant genre Kiel dans James Bond, en profitant de superbes vues sur le Danube. Après un transfert vers la gare des trains (pas évident de se renseigner, personne ne parlant anglais) , un changement à Gyor , un train moderne et bondé, me voilà à Sopron. J'arrive vers 15h , rien dans le ventre. Longue marche vers une pension auberge qui me fournit une minuscule chambre au confort sommaire pour 3135 Ft. Je pose le sac et file direct en ville pour profiter de l'ouverture des sites. C'est assez joli, et c'est vrai que cela ressemble un peu à Prague. Je monte à la Tour de Guet. La vue est belle même si l'on ne monte qu'au 2 /3 ! J'hésite pour les musées et finalement erre et parcours une grande partie des vieilles rues colorées de la vieille ville. Je dois vraiment marcher des kilomètres chaque jour ! Il y a ici peu de monde, le temps est encore superbe, les gens en terrasse, presque désertes. Vers 20h, kébab avalé…que faire ? C'est un des problèmes de ce voyage, enfin dans mon cas .Je vois de supers restaurants, de supers bars…mais tout seul ce n'est pas motivant. De toute façon demain je prends le bus à 7h30 ….Hormis l'introspection, voyager ici seul a peu d'avantages. Il est aussi difficile de rencontrer des gens dans mes auberges , isolées et peu remplies, sans bar ni salles communes . Je regarde , en soirée, sur la place Fo ter, un étrange discours tenu par un groupe , sûrement nationaliste, portant drapeaux hongrois . Retour tranquille vers l'auberge, en tee- shirt…Lecture puis au lit vers 22h.
Ce fut néanmoins une super journée même si le rythme fut un peu rapide pour les transferts en bus. Il faut en fait ne pas trop traîner pendant les heures d'ouvertures des sites …puis musarder les soirées. Mon programme pour les jours futurs me parait quand même trop ambitieux : à réduire.

Plus de photos des villes de la courbe du Danube. Cliquer sur les photos pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTO DE LA COURBE DU DANUBE

KOSZEG

Jour 7 : Levé 6h30, douche ,puis départ à pas cadencé pour la gare des bus, toujours avec un temps superbe, pour attraper le bus de 7h30 pour Koszeg. La route traverse un paysage plat , assez beau sur la fin, la ville étant proche d'une colline, près de la frontière autrichienne. Les gens changent ici un peu d'allure, un peu moins lookés, plus simples. Je commence une visite agréable et quasi solitaire de la ville : château et ses remparts, 2 églises sur la vieille place, petites rues pavées…C'est très beau mais finalement sans surprise…et me rappelant aussi l'an dernier, l'effet de surprise et l'émotion en moins. Je visite un marché local très simple et y achète une grosse sorte de gâteau à la broche. Très bon , chaud mais très riche…je le finirai plus tard. J'attends ensuite 40 min à la gare des bus puis prends un bus pour Szombathely. J'y arrive par une zone industrielle avec Metro, Lidl, Peugeot…témoins de notre uniformisation globale. Nos différences se gomment .Que dire de Leigh Fermor qui , en 1933, notait tant de différences , au niveau de l'accent, des vêtements…Tout s'ordonne en apparence mais le désordre sous jacent gronde, principe ...entropique !Du confort pour tous oui mais avec nos différences ! J'ai 3 heures pour visiter la ville. Rien de spécial. Pas un touriste en vue. Une ville normale, avec rue piétonne et Mac Do. Je vois défiler les canons locaux, une norme dans ce pays. Toujours à la recherche de l'émotion, j'avance, je vois de belles choses mais est-le bonheur du voyageur…je ne crois pas. Je découvre ce pays parce qu'il est là …mais sans passion. C'est trop comme chez nous pour m'émouvoir. Non, ici le samedi après midi tout est fermé…. Je pense à des grands espaces sauvages…finalement les rares choses originelles …avec les animaux. Je poursuis par environ 2h30 de bus dans un très belle campagne( champs de colzas jaune, collines sous une très belle lumière) en direction de Kesthely. Je trouve ici près de la gare la Muzeum Pension. Très sympa , grand…un palace pour moi et pour 15 euros ! Je m'en vais vite voir le célèbre lac Balaton. Très belles berges au soleil couchant, voiliers, couples et pécheurs. C'est calme et beau. Avec cette lumière on se croirait même dans la baie de St Tropez. J'apprécie et reste longtemps sur la jetée de cette petite mer. Après un passage au cyber café pour le courrier en retard, je mange un gros burger dans un snack, rentre par la ville, bien assoupie pour un samedi soir…hors saison certes. Je rentre heureux , vers 21h, dans ma belle chambre après une belle soirée et profite de mes lectures.

Plus de photos de Sopron et Koszeg. Cliquer sur les photos pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS DE SOPRON ET KOSZEG!

HEVIZ ET KESZTHELY

Jour 8 : Après une très bonne nuit, je me lève tard (8 h30 !) et file direct pour Heviz : 2ème plus grand lac thermal au monde, à 8 km de là. Il y a déjà un peu de monde , beaucoup de gens âgés, mais les 4 hectares permettent de ne pas se nager dessus. L'air est à 15°, l'eau à 26 ° et le temps superbe. Je me pose sur un transat et fais le tour du lac en nageant , au milieu de nénuphars, dans cette eau à légère odeur de soufre. Vraiment original. Sans crème, ni lunettes , je bronze et lis difficilement …A 12h30( pas trop le choix pour les bus…un dimanche) je rejoins Kesthély. Après une pause hot dog je visite (assez cher 7 euros) le château Festetics. Beau de l'extérieur et classique à l'intérieur. Des pièces, des meubles, disposés un peu partout. Je regrette le fait de ne pas voir exactement comment était habité le lieu autrefois. Les meubles ne parlent pas assez. La bibliothèque est très belle mais je ne ressens pas l'émotion rencontrée avec celles de Prague .Je visite aussi une collection de trophée…Pitoyable de voir ses chasseurs posant avec les animaux qu'ils viennent de tuer. Et moi qui rêve de nature. Je flâne ensuite dans le parc en attendant mon départ pour Pecs. Le transfert sera assez long, au milieu de beaux paysages sur les collines longeant le lac Balaton et les champs colorés. Je trouve vite une chambre près de mon hôtel, fermé, en plein centre ville. Repas Mac Do sur la grande place de cette ville qui semble bien agréable. Visite au cyber café puis au lit vers 23 h.

Plus de photos du lac Balaton. Cliquer sur les photos pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS DES ENVIRONS DU LAC BALATON!

PECS ET KECSKEMET

Jour 9 : Je passe une très bonne nuit dans ma grande pièce un peu vieillotte .Je paye, laisse mon sac et quitte l'appartement vers 9h30 pour me diriger, par la rue Panonius , vers la basilique Saint-Pierre. Dans le quartier, quelques vestiges romains, fermés. Je visite , seul , cette grande et sombre basilique. De belles choses, solitude appréciable mais pas d'émotion. Je ne suis décidément pas fan de l'art sacré. Des richesses, un beau travail d'artistes mais cette dévotion au tout puissant ne me parle guère. Je longe ensuite la rue des musées, beaucoup sont fermés, dans une ambiance vraiment méditerranéenne, ressemblant par moment à l'Italie. Je traîne dans les rues piétonnes, visite le grand centre commercial Arkad,mieux qu'à Bordeaux…Prix identiques et beaucoup de monde et y achète un double burger et une glace hongroise, en vogue ici vu le nombre de gens une glace à la main. Je passe sur la tour de la Barbacane, visite l'église-mosquée ( originale par contre) , les vestiges turcs puis écris quelque cartes postales sur un banc en attendant mon bus de 15h. Ces lieux, les plus connus de Hongrie, me lassent assez vite…alors je me déplace beaucoup. Par exemple que faire ici une nuit de plus ? C'est décidé, je fonce vers le nord, vers la nature. En chemin je traverse de beaux paysages plats, rappelant mon chez moi (47) .Aucune différence visible en apparence, même la musique à la radio est la même. On est en Europe, un grand pays qui s'uniformise à grande vitesse. Je passe à Mohacs, Baja..Long trajet mais lectures intéressante pour passer le temps. J'arrive alors à Kecskemét, mon terminus du jour ,vers 19h30. Le premier hôtel du routard n'existe plus, le 2ème est complet, le 3ème aussi…le 4ème, conseillé par l'hôtelière, sera le bon. Pour 30 euros , je n'ai pas le choix. Je pars vite dans le centre ville trouver le grand centre commercial local et son Mac Do !Je ne m'attarde pas même si le centre est assez joli. Dès 21h , plus personne dans les rues, ce qui est assez bizarre pour une ville de plus de 100 000 habitants. Lecture, jusqu'à 23h.

Plus de photos de Pecs et Kecskemet . Cliquer sur les photos pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS DE PECS ET KECSKEMET

EGER

Jour 10 : Très bonne nuit, je me réveille vers 8h. Je laisse mon sac et pars, sous le soleil, en ville. Je passe d'abord par le tourinform, dans lequel, pour une fois, une des 2 employées parle anglais. La première croyait parler mais paniqua vite….Après quelques renseignements sur les horaires de bus ,je visite la grande église, proche, et encore d'autres églises . La ville est très sympa. J'écris quelques cartes en attendant l'ouverture du petit musée des artistes naïfs hongrois. Original petit musée que j'apprécie. Peu de choses mais que l'on regarde vraiment. Je continue encore ma recherche de chaussures dans le centre ( les miennes n'iront pas bien haut dans la montagne) puis voyage , de 12 à 16 h , vers ​Eger, profitant de belles vues sur la grande plaine (rapaces, gibiers, vues sur les monts Matra). Sur place, le Tourinform, très compétent, m'aide rapidement à trouver une chambre très correcte et pas chère (3300Ft) , en plein centre, au pied du château. Je fonce ensuite directement au minaret pour y monter avant la fermeture. La montée est rude et l'édifice très étroit. A déconseiller aux claustrophobes. La vue de là-haut est très belle sur la ville, le château. Je traîne ensuite en ville, visite la Basilique ( début de messe avec très peu de fidèles…), le parc, j'observe les beaux bâtiments puis passe une soirée tranquille avec une bonne pizza dans ma piaule. Encore une journée avec de belles choses mais l'ensemble manque de nouveautés. C'est beau et riche mais j'attends ce soir vraiment un peu de nature.

EGER ET SZILVASVARAD

Jour 11 : Encore un très bon réveil matinal et un départ pour la visite, le ventre vide !Je commence par le château , tout proche. Surprise, des nuages et un peu de pluie. Confiant, je reste en tee-shirt. A l'ouverture le site est désert . Je me promène sur les remparts, visite un musée bien fait sur l'histoire de la forteresse et des batailles mémorables contres les Turcs. Je visite aussi la classique exposition sur la torture au Moyen Age, dans une cave humide et froide. Au moins cela met dans l'ambiance…mais je me gèle. C'est dingue le nombre de musées de ce type. On montre des choses horribles et les gens adorent cela. Depuis que les décapitations publiques sont abolies on dirait que l'homme recherche ce côté cruel…Pourquoi peu de musées de l'amour ou des caresses ?
L'ensemble du site est très intéressant et l'on jouit de belles vues sur la ville. Quelques expositions plus loin je rentre à la chambre m'habiller plus chaudement. Je file ensuite vers le centre ville pour visiter le liceum, université de la ville et sorte de Klémentinum local. J'y visite comme dans son homologue praguois une très belle bibliothèque particulièrement attirante avec ses dessins de naturalistes, ses écrits de scientifiques, ses cartes…Je rêverais de pouvoir avoir ou lire ces atlas….Je monte ensuite dans la tour, un classique pendule de Foucault traînassant par terre .Au gré des étages je profite de quelques expositions de physique amusante mais les expériences ne dépassent pas celles que je fais en lycée ! Je visite un petit musée d'astronomie ayant la particularité d'être traversé par une ligne Nord Sud au sol qui indique le midi local. Enfin au sommet , la camera obscura ( système de projection optique) permet une vue de 340° sur la ville .Je me retrouve seul avec le guide sous cette coupole pour ce panorama amusant. Je finis par la terrasse embrassant la ville d'en haut. Je quitte ce campus à l'anglaise et la belle ville d'Eger pour la gare des bus et y prends un repas rapide à base de friands et saucisses. Prochain arrêt : Szilvasvarad, un peu plus haut dans les collines. La route s'élève vite dans la forêt, passe dans le village de l'horrible usine de Bela… mais entouré de massifs assez acérés pour ressentir l'appel de la montagne. Le bus me laisse dans la grande rue du village…Rien , le désert, avec par ci par là quelques minuscules boutiques et quelques restaurants. Je suis sûrement le seul touriste aujourd'hui dans le genre de village où le bus passe et où l'on ne pense même pas à s'arrêter. On est mercredi, beaucoup de jeunes traînent, sûrement là en sortie nature. J'erre pas mal dans ce désert , sous la pluie, pour trouver une chambre. Beaucoup de maisons sont fermées, je finis dans l'hôtel Lipcai, petit hôtel correct (3500 ft ) en bordure de route. IL est 15h, que faire. Je pars pour l'église ronde…fermé…la maison Oban…fermé en décrépitude…musée du cheval …ferme devant moi. J'aperçois quand même les box des lipizzans, fameux dans la région . Puis , au hasard d'un chemin, je découvre un sentier pour un pic, avec une tour d'observation au sommet : le Kilato, à 612 m d'altitude, tour comprise. Il ferme à 17h…je me sens capable d'y arriver avant la fermeture. La montée dans la forêt , seul,est très agréable . J'arrive juste à temps et profite d'une belle vue sur les montagnes des Mont Bukk, malgré le temps nuageux . Je redescends par le même chemin, rencontre le tire-fesse de la station de ski, altitude 25O m ! Il est environ 18h, tout ferme. Je n'ai pas le choix et doit manger au dernier snack ouvert avant de rentrer, sous la pluie, dans ma chambre, n'ayant rien d'autre à faire. Je finis la soirée avec finalement ce sentiment sympa d'être isolé, hors saison ,dans un village paumé, sans touristes autour de moi.

DES MONTS BUKK AUX MONTS MATRA

Jour 12 : Réveil vers 8h30, après une très bonne nuit, avec un temps de nouveau magnifique . Je me rends rapidement vers la petite gare du petit train à voie étroite qui serpente pendant 5 km dans la vallée de Szalajka. Le trajet est court mais agréable. Le terminus est situé sur une grande clairière herbeuse qui pourrait être située à 1500 m dans les Pyrénées. Je monte ensuite sur un sentier vers une grotte préhistorique assez proche. Sympa. Peu équipé, je ne poursuivrai pas plus haut. Je redescends alors en musardant pour une très agréable ballade : lacs, sources, étangs, marais de Yoda, musée en plein air de la foresterie (un peu abandonné) . J'arrive, serein et apaisé, au village vers 12 h 30. Je mange au snack, entre les boutiques pour touristes et attend mon bus pour Matrahaza environ 2 heures. Heureusement il fait beau et je suis au calme , loin des cars . Finalement malgré mes hésitations de hier j'ai bien fait de séjourner un peu dans ce village ! Je fais quelques provisions (qui me seront bien utiles ce soir), écris les dernières cartes puis c'est le départ. Problème dans le bus, le chauffeur ne comprend pas ma destination et malgré mon insistance me dit que ce n'est pas possible. Je n'insiste pas et me contente d'un billet pour Eger ...Je quitte le bus , me renseigne et me retrouve face au même bus, avec le chauffeur qui s'énerve. J'insiste , écris la destination et finalement il comprend…Il s'excusera à la fin. Encore une fois c'est surprenant que personne ne comprenne un petit peu d'anglais. Le trajet par Parad , pour Matrahaza, au milieu des Monts Matra, sera très agréable. Arrivée à destination je saute direct dans le bus montant au ​Kekesteto ( 1010 m) , point culminant du pays. Arrivée là-haut ,j' erre un peu dans ce mélange de station de télévision et de station de ski , pour trouver le seul hôtel ouvert, 3300 FT, assez correct. L'odeur me rappelle l'hôtel de Royan où je séjournais étant petit. Le restaurant me fait envie mais c'est un peu cher, je suis seul,et je calcule pour finir avec mon argent. Je pars alors à la recherche d'un snack dans la station, en vain, on est hors saison. Les vues sont très belles , mais cachées par les arbres. J'erre jusqu'à 19h et rentre alors qu'il commence à faire froid. Je me retrouve encore une fois seul dans ma chambre, à regarder le sumo sur Eurosport , en mangeant de barres ,de gaufres et de bananes. Je réserve, avec quelques difficultés au niveau des indicatifs, mon minibus pour l'aéroport pour samedi matin. Tranquille, j'apprécie de dormir sur le point culminant du pays, perdu, sans compatriotes dans les parages.

MONTS MATRA ,KEKESTETO ET BUDAPEST

Jour 13 :

Est-ce l'altitude ( !) ou le canapé lit peu confortable, mais la nuit fut moyenne. Je me lève, m'habille un peu plus que d'habitude ( on est en montagne…) et pars , le ventre vide, vers la tour de la télévision, censée ouvrir à 9H.J'attends, un bon moment mais la tour n'ouvrira pas ses portes…je ne verrai donc pas le beau panorama de dessus les arbres !Un peu frustré, je quitte le coin avec un des rares bus qui monte ici, par un direct pour Budapest .Le trajet sera agréable. Je retrouve vite mes marques dans la ville et me retrouve vite au Red Bus Hostel. C'est toujours bizarre de revenir à son point de départ, 15 jours ou 1 mois après. Je pars directement pour le grand marché couvert . Immense, pas mal de trucs infâmes qui ne servent à rien…mais qui doivent se vendre , genre habits hongrois traditionnels, artisanat kitsch…Beaucoup de touristes. Je mange une bonne escalope panée dans les stands de nourriture, particulièrement assiégés à cette heure . Très bon …enfin je mange un vrai bon plat cuisiné !Je n'achèterai rien. Je poursuis avec la visite du ​musée national hongrois . Ce musée, dont l'entrée me rappelle celle du British Museum , est très moderne et vraiment bien fait. Toute l'histoire de la Hongrie est exposée clairement et de manière pédagogique . Il raconte bien tout ce que j'ai pu rencontrer depuis le début de mon voyage .Je me rends ensuite au musée des arts décoratifs. Très belle entrée. Je ne le visiterai pas. Il ne reste que les expositions temporaires, payantes. Je ne suis pas assez intéressé. Je poursuis alors par le mémorial de l'holocauste proche . Un super musée, indispensable. Je passe deux heures à me plonger avec émotion dans les pires heures de l'histoire récente du pays. L'ensemble est poignant et très instructif. Vision assez horrible de scènes d'Auschwitz. On se demande souvent si l'on peut rire de tout ? Ici je ne pourrais pas rire. Je continue par la visite d'une petite boutique de vin dans Raday utca. Je choisis un vin de Villany, pour environ 25 euros…ce qui fera un bon cadeau de noël pour mon père. Après un bref passage à l'auberge pour préparer le sac pour demain, je finis la journée par un grand tour complet des rives du Danube, jusqu'au parlement, retournant par Buda et profitant de très belles vues sur la ville by night. Je me retrouve dans le quartier soit disant chaud et malfamé de Budapest : Josefvaros. 1 prostituée en civil me lancera un" hello "discret. Rien d'autre de particulier dans le coin. J'aime ce dernières soirées, toujours spéciales avec un mélange de sérénité et d'envie de rentrer . En tout je savoure ces derniers instants dans cette grande capitale .Au lit vers 22h, je retrouve avec plaisir les ronflements horribles de mon voisin de chambre… A minuit personne ne dort. A 6h30 , je quitte les lieux pour l'aéroport, plutôt petit et assez proche. En vol je revois avec plaisir la ville vue du ciel, les collines, Visegrad, la courbe du Danube, Esztergom et la basilique…et revis mon périple . Arrivée à Amsterdam par une jolie descente originale au dessus des polders . La Hollande vue du ciel possède vraiment un caractère unique. Je passe quelques heures sans m'ennuyer dans le grand et moderne aéroport et en profite pour faire quelques achats. Retour sans encombre sur Bordeaux…Fin du voyage .

Plus de photos des hautes terres du nord. Cliquer sur les photos pour agrandir et quelques indications.

PLUS DE PHOTOS DES HAUTES TERRES DU NORD 

LA VIDEO DU VOYAGE


Qualité pas terrible et un peu lent mais ce sont mes seules vidéos de l'époque.  Boucle du Danube, Lac Balaton, Sopron, Pecs, Eger, Sommet du Kekes, Sommet du Kilato...

CONCLUSION

Ce voyage restera un bon souvenir même si la solitude et le manque de communication me gênèrent parfois. Ce n'est pas un grand voyage mais une ballade culturelle et historique sur une terre chargée d'histoire. Un bon voyage de printemps, permettant une bonne introspection. Il reste encore beaucoup à voir ,2 semaines étant finalement très peu, même pour ce petit pays (par la surface!) . Je n'ai par exemple qu'entrevu la Putza. La partie Est doit aussi être très intéressante.

LE POUR : le climat (était-ce exceptionnel ?), la facilité de l'organisation, la saison, le petit nombre de touristes rencontrés, la gentillesse des gens, l'architecture, l'histoire, les bains, la douceur méditerranéenne de l'ensemble, les chambres chez l'habitant.

LE CONTRE : la langue et les problèmes de communication, l'ambiance trop solitaire, les trajets en bus parfois longs pour de petites distances, le manque de richesses géographiques , le peu de dépaysement( je me sentais moins dans un pays de l'est qu'en République Tchèque), la vision flagrante de l'uniformisation. Budapest est aussi moins charmante que Prague, on y ressent moins le passé et on n'imagine pas Mozart ou Sissi dans les rues.